Texte à méditer :  

NON au TRANSFO  mad et au Développement du Rabe cool

   RTE-société anonyme

Articles

Fermer A -Problème d'accès correct au site

Fermer A Repas champêtre de Plateau Survolté/fin juillet

Fermer Articles dans la presse

Fermer Articles dans la presse II

Fermer Associatif

Fermer Autres problèmes locaux (ou plus large)

Fermer Champs électromagnétiques liés aux lignes THT

Fermer Chroniques/ l'énergie électrique (au sens large)

Fermer Comment puis-je agir?

Fermer Commune de ST VICTOR et MELVIEU

Fermer EOLIEN

Fermer Emissions de radio/Energies, Efficacité, Economies

Fermer Energie décentralisée/ HUE ! On y va !

Fermer Fédération des Grands Causses/ Le Caussenard

Fermer GPI (grands projets inutiles)

Fermer Historique

Fermer Impacts du projet

Fermer L'AMASSADA, cabane de la résistance

Fermer L'Enquête Publique

Fermer Le Théâtre

Fermer Le projet de mégaTransfo "Sud Aveyron"

Fermer Maîtrise de l'Energie

Fermer Notre Dame des Landes 44

Fermer PHOTOVOLTAIQUE

Fermer Quoi de neuf sur ce site!

Fermer RTE, mécène sur le Larzac

Fermer RTE-société anonyme

Fermer Surveillance de vilains projets

Fermer autour du méga transfo

Fermer lignes THT

Les 4 dernières nouvelles


Projet photovoltaïque sur 400 ha (limite Gard Hérault Aveyron) - par webMaster le 11/02/2019 @ 22:09

Réunion publique au Caylar(34) le Vendredi 22 février   18h30 (salle défaite)   
Projet industriel de parc photovoltaïque et de méthanisation                      tonguepareil: clic sur le ..../ ...+  à droite.....>

... / ... Lire la suite


il n'y a pas Ici - par webMaster le 11/02/2019 @ 21:33

AMASSADA et territoire de La Plaine    frown Pour lire clic sur le + / ... à droite.....(en dessous du bandeau  pourpre..........>

invitationAmassada_11_fev_19.jpg

... / ... Lire la suite


Retractation de l'ordonnance obtenue par RTE-SA - par webMaster le 05/02/2019 @ 15:11

                                                    nota: pour lire la suite de cet appel,    cliquez sur le +/ ... à droite)
Nous faisons suivre cet appel à Solidarité financière tonguesuite à l'obtention par RTE-SA madd'une ordonnance (un jugement) qui prétend contraindre les occupants ou personnes se trouvant sur les 5 hectares que RTE-SA a obtenues par expropriations, (par exemple les personnes se trouvant sur le hameau de l'Amassada) à 2000 euros d'astreinte par jour.
            Cette une arme financière rajoutée au système manu militari. Sa première application a tenté d'être faite à BURE contre les opposants à l'enfouissement fou coolde déchets radioactifs à vie longue et à haute  activité (HAVL).

"Une cagnotte pour faire respecter le droit  de manifester face aux multinationales.

En France et ailleurs, de plus en plus de citoyens s'indignent  ou se retrouvent face à des projets d'aménagement qui sont décidés au mépris des habitants. Ces projets sont le plus souvent porté par des multinationales - Vinci à Notre-Dame-des-Landes, l'Andra à Bure, Edf-SA via sa filiale RTE-société anonyme à Saint-Victor et Melvieu (Aveyron) , ...  qui ont largement les moyens d'employer une pléiade d'avocats et d'huissiers pour parvenir à leurs fins. Leur dernière invention pour faire taire toute contestation ? Adresser une requête au tribunal pour interdire à quiconque de se trouver sur les lieux du projet contesté, et ce sous peine d'une astreinte financière importante. Et cette requête est jugée sans le respect du principe contradictoire, c'est-à-dire qu'à aucun moment les opposants au projet ne peuvent s'exprimer devant la justice et faire valoir leur droit. Pire, ils ne sont même pas mis au courant de l'existence de cette ordonnance.

Ce type de procédure est une atteinte grave aux droits de manifester, car :

  • Elle ne respecte pas les droits de l'homme garantissant à tous individus de pouvoir bénéficier de son droit à se défendre dans un débat contradictoire.
  • Elle punit sans distinction toutes les personnes se  trouvant sur les lieux concernés, quelques soient les raisons de leur présence.
  • Elle organise un silence médiatique en empêchant les journalistes de se rendre sur site.
  • Elle interdit toute forme de manifestation sur les lieux.

Pour ces raisons, des habitants ont fait le choix de faire rétracter cette ordonnance, et de la porter jusqu'à la cours européenne des droits de l'homme si nécessaire. L'objectif est d'obtenir une jurisprudence qui pourra être utilisée lorsque d'autres cas se présenteront.

Ces actions en justice sont couteuses, et les populations n'ont pas les moyens des multinationales. C'est pourquoi, nous appelons à la solidarité financière de toutes et tous dans ce combat qui pourrait un jour vous concerner. Nous avons besoin de vous.

Vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés.

Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte ! Voici le lien à envoyer à vos contacts, sur facebook, messenger, twitter...  https://www.leetchi.com/c/soutien-a-la-liberte-de-manifester

Merci à toutes et tous !

L’ordonnance que nous attaquons concerne un projet à Saint-Victor-et-Melvieu, petit village authentique du sud Aveyron, qui se bat depuis plus de 10 ans contre l'implantation d'un méga-transformateur électrique qui viendrait défigurer les paysages, anéantir la qualité de vie sur  ce causse, participer à l'artificialisation des terres agricoles, et milieux naturels présents, participer efficacement  aux atteintes à la biodiversité, ainsi que  participer à la fuite en avant énergétique (rebaptisée "transition énergétique" en  novlangue verdissante), ....
La commune est opposée à ce projet, ainsi que les propriétaires et paysans concernés. Un hameau, l'Amassada, a été édifié voila 4 ans sur le site, il accueille de nombreux évènements ainsi que des habitants permanents et temporaires. Les propriétaires ont été expropriés en fin  2018, suite à ce qui s'appelle l '"enquête publique"et sont maintenant menacé d'expulsion.  Cette ordonnance intervient dans ce cadre, afin de faire place nette pour démarrer les travaux. Pourtant deux  recours ont été déposés  au Tribunal Administratif par 2 collectifs d' opposants  et propriétaires pour contester l'utilité publique d'un tel ouvrage. Plus d'info sur www.douze.noblogs.org
"
et sur le site sur lequel vous lisez cette prose.cool

... / ... Lire la suite


« AFFAIRE DE BURE » : DÉNONÇONS LE SCANDALE D'ÉTAT - par webMaster le 27/11/2018 @ 12:03

« AFFAIRE DE BURE » : DÉNONÇONS LE SCANDALE D'ÉTAT ET METTONS FIN AUX CONTRÔLES JUDICIAIRES ! (pétition nationale: suite, clic sur .../+ à droite)confused

 

Dénonçant l’enquête pour « association de malfaiteurs » à Bure comme un « scandale d’État », plus de cents personnalités appellent à mettre fin aux contrôles judiciaires qui ciblent les personnes mises en examen, à la veille d’une audience en Cour de Cassation le 28 novembre.

A cette tribune s'ajoute une pétition exigeant la fin de ces contrôles judiciaires absurdes et liberticides, on signe, et on diffuse : https://www.change.org/p/affaire-de-bure-mettons-fin-aux-contr%C3%B4les-judiciaires

 

Jeudi 15 novembre l’ampleur monumentale de l’enquête pour « association de malfaiteurs » ouverte depuis juillet 2017 contre les opposants au projet CIGEO d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure a été révélée (1).

Nous, signataires de cette tribune, considérons que derrière le masque d'une banale enquête pénale, une « affaire Bure » se profile. Les « techniques spéciales d'enquête » de la loi du 3 juin 2016 sur la « criminalité organisée et le terrorisme » servent en réalité à asphyxier la contestation du plus gros projet industriel français.

Une débauche de moyens est utilisée pour traquer les opposant.e.s : des milliers d’écoutes téléphoniques, balises GPS sous les voitures, géolocalisations, « valises espionnes », tentatives de pose de micro, analyses ADN, une vingtaine de perquisitions, saisie de centaines d’ordinateurs, téléphones et clés USB, dizaines de gardes à vue de 48 à 60 heures. 10 gendarmes travaillent quasiment à temps plein sur l'enquête au sein d'une "cellule Bure" spéciale. Le dossier d'enquête fait déjà plus de 10 000 pages, pour un coût de plusieurs centaines de milliers d’euros au moins, selon les opposant.e.s.

Sept personnes sont mises en examen et deux témoins assistés : deux administratrices du Réseau Sortir du Nucléaire, un avocat, un maraîcher, et des personnes impliquées dans la Maison de Résistance et des associations locales. Depuis juin 2018, elles subissent des contrôles judiciaires scandaleux qui leur interdisent certaines portions du territoire national et les empêchent de rentrer en contact. C'est une atteinte aux libertés fondamentales et une manœuvre délétère pour broyer des vies et atomiser un mouvement.

Une telle surenchère de moyens pour nourrir un dossier qui semble vide sur les faits rappelle « l'affaire Tarnac ». Mais cette fois la cible n’est plus une hypothétique « cellule d’ultra-gauche » : c'est l'ensemble d'un mouvement de lutte et toute sa diversité d'acteurs, individus, collectifs et associations, qui se sont mobilisé.e.s au cours des dernières 25 années.

Nous dénonçons un scandale d'État. Cette « affaire Bure » constitue une nouvelle attaque sur les libertés publiques, une entrave à toute possibilité de contestation politique à l'aide des outils hérités de l'antiterrorisme, une menace de trop à l'encontre de fondements démocratiques.

C’est pourquoi nous, intellectuel.le.s, artistes, comédien.ne.s, élu.e.s, avocat.e.s, éditeurs.trices, cinéastes, humoristes, militant.e.s associatifs... :

  • nous déclarons solidaires des « malfaiteur-e-s de Bure »

  • appelons à stopper la criminalisation aberrante de cette lutte

  • exigeons de mettre fin immédiatement aux contrôles judiciaires intolérables qui pèsent sur les personnes mises en examen.

 

Pour les « personnalités publiques », la tribune est toujours signable sur stopcriminalisationbure@riseup.net .

Et tout le monde est invité à signer massivement la pétition pour mettre fin aux contrôles judiciaires (https://www.change.org/p/affaire-de-bure-mettons-fin-aux-contr%C3%B4les-judiciaires)!

 

NOTES

(1) Article de Libération du 15 novembre : "À Bure, le zèle nucléaire de la justice" / Article de Reporterre du 14 novembre : "À Bure, la justice sert à réprimer la lutte contre les déchets nucléaires"  / Article de Mediapart "Bure : la Cour de Cassation examine les entraves faites aux militants"

 

EN SAVOIR PLUS

 

PREMIERS SIGNATAIRES

Sara Aguiton, sociologue

Paul Ariès, politologue

Didier Aubé, commission écologie de Solidaires

Céline Astrié, metteure en scène

Clémentine Autain, députée LFI

Geneviève Azam, économiste

Johan Badour, éditeur

Bernard Barré, dessinateur

Jérôme Baschet, historien

Julien Bayou, porte-parole d'EELV

Ludivine Bantigny, historienne

Ugo Bernacilis, député LFI

Judith Bernard, metteure en scène

Olivier Besancenot, membre du NPA

Éric Beynel, porte-parole de Solidaires

Françoise Bloch, socio-anthropologue

Christophe Bonneuil, historien

William Bourdon, avocat

Bruno Boussagol, metteur en scène

José Bové, député européen

Vincent Brengarth, avocat

Isabelle Cambourakis, éditrice

Marion Carrel, sociologue

Yves Citton, co-directeur de la revue Multitudes

Jean-Baptiste Comby, sociologue

Isabelle Cambourakis, éditrice

Grégoire Chamayou, historien

Yves Cochet, directeur de l'Institut Momentum

Maxime Combes, économiste

Éric Coquerel, député LFI

Alexis Corbière, député LFI

Philippe Corcuff, politologue

David Cormand, secrétaire national d'EELV

Marie Cuillerai, professeure des universités

Déborah Danowski, philosophe

Didier Debaise, philosophe

Thierry Drumm, philosophe

François-Xavier Drouet, cinéaste

Jules Falquet, sociologue

Caroline Fiat, députée LFI

Jacques Fradin, économiste

Isabelle Frémeaux, activiste et habitante de la ZAD

Jean-Baptiste Fressoz, historien

Denis Gheerbrant, cinéaste

Barbara Glowczewski, anthropologue

Cécile Gondard-Lalanne, porte-parole de Solidaires

Anahita Grisoni, sociologue

Émilie Hache, philosophe

Éric Hazan, éditeur

Nicolas Haeringer, chargé de campagne à 350.org

Benjamin Hennot, réalisateur

Cédric Herrou, militant associatif

Clotilde Hesme, comédienne

John Jordan, activiste et habitant de la ZAD

Bastian Lachaud, député LFI

Rose-Marie Lagrave, sociologue

Anthony Lapia, producteur

Michel Larive, député LFI

Sandra Laugier, philosophe

Stéphane Lavignotte, pasteur et militant

Annie Lèchenet, philosophe

Michèle Lecolle, linguiste

Perinne Ledan, conseillère communale en Belgique

Inès Léraud, documentariste et journaliste indépendante

Catherine Libert, cinéaste

Camille Lucotte, avocate

Michael Lowy, chercheur

Christian Jacquiau, économiste

David Jamar, sociologue

Xavier Mathieu, syndicaliste et comédien

Isabelle Masson-Loodts, réalisatrice

Jean-Luc Mélenchon, député LFI

Hélène Merlin-Kajman, professeure des universités

Guillaume Meurice, humoriste

Corinne Morel Darleux, chroniqueuse et conseillère régionale

Danièle Obono, députée LFI

Albert Ogien, sociologue

Younous Omarjee, député européen LFI

Arnaud des Paillières, cinéaste

Mathilde Panot, députée LFI

Sylvain Piron, historien

Laurent Pinatel, secrétaire national de la Confédération Paysanne

Geoffrey Pleyers, sociologue

Christine Poupin, porte-parole du NPA

Philippe Poutou, membre du NPA

Loïc Prud'homme, député LFI

Geneviève Pruvost, sociologue

Adrien Quatennens, député LFI

Josep Rafanell i Orra, psychologue et écrivain

Jean-Hugues Ratenon, député LFI

Manuel Rebuschi, enseignant-chercheur

Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d'EELV

Muriel Ressiguier, députée LFI

Juliette Rouchier, économiste

Sabine Rubin, députée LFI

François Ruffin, député LFI et journaliste

Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice

Anne Sauvanargues, professeur de philosophie

Yves Sintomer, professeur de science politique

Isabelle Stengers, philosophe

Bénédicte Taurine, députée LFI

Jean-Louis Tornatore, anthropologue

Dénètem Touam Bona, chercheur

Aurélie Trouvé, économiste

Jean-Baptiste Vidalou, auteur de « Être forêts »

Eduardo Viveiros de Castro, anthropologue

... / ... Lire la suite


Bienvenue sur Plateau Survolté

  Collectif de l’avant causse de Saint-Affrique en Sud-Aveyron:
« Plateau survolté » .

A SAINT VICTOR ET MELVIEU, commune du Sud AVEYRON, fin mars 2010, deux Conseillères municipales apprennent incidemment qu'un méga-transformateur électrique de 650 mégawatts (LE DOUBLE ,  est prévu sur le schéma SR3EnR de déc 2012) *** est en projet sur des terres agricoles (10 hectares). Un dossier de présentation du projet datant de décembre 2009 existait, mais restait caché. Déjà 3 maires locaux (dont 2 débarqués à l'heure actuellle) , d'autres élus  (dont le député, depuis devenu sénateur) et des organismes privés ou publics  ( chambre d'agriculture du syndicat agricole bien repéré, Direction Régionale de l'Industrie= DREAL, ...) s'étaient prononcés en faveur de ce méga-Transfo, le 12 février 2010,  lors d'une réunion plénière (entre Eux). Aucun conseil municipal n'avait été averti en séance. Aucun citoyen, à part les personnes qui possèdent les terrains sur lesquels RTE -société anonyme  veut placer son projet, n'était au courant. Bref le maire s'était prononcé sans en référer et sans vote du conseil municipal/ léger problème de démocratie . Depuis, l' homme est retourné dans son village et une équipe municipal éclairée et opposée à ce projet a été élue

*** (à l'actuel: 1300 MW pour leur début de poste, puis modulation prévu à 2100 MW
ET
toujours à l'actuel: ils ont lancé un projet de doublement de la ligne THT 400 000 volts
Et accessoirement, multiplication par 3,4 de la puissance du poste
225 000 volts existant
actuellement sur les pentes de la commune
Et, Et, Et

lire la suite

QUOI DE NEUF SUR CE SITE, depuis ma dernière visite
Pour ceux qui pratiquent  le site: un moyen de repérer les nouveautés sans faire un tour complet des "articles", des "téléchargements", etc...

Pour cela, CLIQUEZ ICI

Contact Plateau Survolté
 Email du Collectif
"Plateau Survolté":
 

plateausurvolteAROBASEsudaveyron.org

adresse postale:
Asso Plateau Survolté
Le Bourg
Saint Victor
12400 Saint Victor et Melvieu
Pétition en ligne
Pour signer en ligne la pétition
contre le poste de transformateur
400 000 volts/225 000 volts
à ST VICTOR/ sud-Aveyron / France
(Continuez à signer, commenter) cool
AGENDA
Recherche



Les Aventures de ...

 Les Aventures de MARTINE: biggrin

- Martine en voyage (1954)
- Martine et Paul construisent un transformateur de 10 hectares (Edition mai 2010)


Martine Debiez était  la directrice du projet de RTE(sa) . Depuis elle a vogué vers d'autres projets. Et c'est un  Monsieur Perrin qui l'a remplacé, puis un monsieur Thibaud Chatry.
Paul Boulvrais était le sous Préfet en poste à Millau au début de cette vilaine histoire.
  D'autres acteurs (élus) ne sont pas dans les "Aventures de ...) et l'on peut le regretter.

tongue Pour faire un bon projet imposé, il faut :
- du privé : RTE-sa s'y emploie, mais a un gros vernis "public". Derrière ce "gestionnaire" il y a des instalateurs de "ventilateurs"(éoliennes industrielles imposées et pour l' " évacution")
- du public (RTE-sa en tant qu'ayant (entre autres) une "mission" de service public;  et les services de l'Etat, en commençant par préfecture, sous préfecture, puis des services sympas comme la DREAL (le "E", c'est pour "environnement")
- des "chambres" consulaires: celle d'Agriculture, par exemple
- Et, ... des élus
Là, alors, c'est bien parti. Il faut mettre les choses (élus, chambres, privé, public)  dans le bon ordre et surtout, surtout se débrouiller à ne pas avoir à faire avec les citoyens.
C'est du grand art.cool
 
SPECIAL ST VICTOR et MELVIEU

Fermer Commune de ST VICTOR et MELVIEU

^ Haut ^